Des boutons de manchette venus de la mer

Après quelques échanges téléphoniques, j’ai eu le plaisir de faire la connaissance il y a quelques jours de Cécile Quilez, la créatrice de la nouvelle marque joaillière Pandaia.

Métaux, bois et perle peuvent être personnalisés sur commande

Exclamation : argent rhodié, bois de palmier et perle de culture Akoya blanche

 

Si ce sont ses modèles de boutons de manchette qui m’ont donné envie de cette rencontre, en raison tant de leur originalité que de leur visible très grande qualité, j’ai été séduit par la personne, et ceux qui me connaissent le savent bien : j’accorde beaucoup plus d’importance à la personne qu’au produit. Tout simplement parce que quand la personne est belle et s’investit dans son travail, le résultat est toujours intéressant.

Je pourrais vous parler de Cécile Quilez, manager d’hôtels de luxe dans divers pays du monde. Je ne m’y attarderai pas, et préfère me concentrer sur la passion de sa vie : la perle.

Passion née dès le plus jeune âge, puisqu’elle possède une photo d’elle à un an où elle porte déjà des perles aux oreilles. Probablement des perles de Majorque (des imitations, donc), mais des perles quand même.

 

Métaux et perle peuvent être personnalisés sur commande

Interrogation : argent rhodié et perle de culture Akoya grise

A l’âge adulte, c’est la découverte de la maison Mikimoto, grand spécialiste de la perle de culture (une innovation de Mikimoto Kôkichi, le fondateur de cette maison de joaillerie)  qui réveille la flamme. Puis la gestion d’un hôtel à Tahiti, où elle se démène pour y accueillir la vente aux enchères des perles noires. Et enfin, la rencontre décisive avec Monsieur Vidhan Chodhari, héritier d’une dynastie Jain de marchands de perle, qui la mènera aux quatres coins du monde perlier : Polynésie française,  Japon, Vietnam, Thaïlande…

Un parcours qui amènera Cécile Quilez à vouloir créer sa propre maison de bijouterie, proposant des créations originales, toujours autour de la perle. Avec une très forte exigence de qualité, et une recherche de perles rares, un choix qu’elle fait elle-même parmi les sélections de son marchand de perles, choix qui ne dépasse pas les quelques dizaines de perles par an vu ses critères de qualité : orient bien sûr, mais aussi sphéricité parfaite, dimensions très précises (pour venir s’enchâsser dans ses bijoux à la forme exigeante), et bien sûr difficulté de l’appariement, puisque chaque élément d’une paire de boutons de manchette doit être aussi similaire que possible à son compagnon.

Les liens avec cette grande famille jain (et donc d’origine indienne)  n’est pas sans lien avec le nom de cette nouvelle joaillerie : dans la mythologie hindoue, Pandaia est la fille de Krishna. A l’occasion de son mariage, son père plonge au plus profond de l’océan pour en ramener en cadeau de noce la plus pure des perles.

Cécile Quilez choisissant et appariant ses perles

 

Aujourd’hui, Cécile Quilez va elle-même choisir ses perles directement à l’origine : Polynésie, Vietnam, Thaïlande. Les pierres précieuses qui ornent certains bijoux sont achetées en France, et les bijoux eux-même sont fabriqués à Paris, Toulouse ou Lyon. Le dessin des collections est le fruit du travail de stylistes en bijouterie, souvent à partir d’idées, d’orientations proposées par Cécile.

C’est ainsi que sa première collection de baques (à laquelle fait écho sa collection de boutons de manchette) a été conçue comme un tour du monde : l’Afrique, qui fait concerter la perle avec le jaspe, l’Asie et ses bois précieux, l’Europe, avec la haute technicité de son travail des métaux, les Amériques avec l’éclat de leur chemin pavé de saphirs, et enfin l’Océanie, une alliance d’ors en forme de vague.

Si chacun de ces modèles exige un parti pris : ne travailler que la perle ronde (et parfaitement ronde), ils peuvent être fabriqués sur commande, en en personnalisant à loisir chacun des composants : métaux, couleur de la perle (blanche, grise ou champagne), essence de bois ou couleur du saphir… On peut même imaginer décliner le même modèle dans différentes couleurs, pour s’assortir à différentes tenues, et pousser la coordination des couleurs dans ses moindres détails !

 

Métaux, pierres et perle peuvent être personnalisés sur commande

Suspension : argent rhodié, saphirs oranges et perle de culture champagne

Dernier point qui intéressera certains lecteurs, le prix : nous sommes là sur un authentique travail de joaillerie, et non sur du bouton de manchette fantaisie ; les prix dépendent donc des métaux et pierres précieuses choisies. La gamme démarre à 480€, pour des boutons de manchette en argent rhodié. Bien entendu, tous les modèles peuvent être commandés en or jaune, blanc ou rose, ou une combinaison de ces couleurs.

Vu la rigueur de sélection des perles, la quantité produite chaque année reste confidentielle. Aussi ai-je fais le choix de ne pas en prendre en dépôt à mon atelier (alors que Cécile Quilez me l’a généreusement proposé), et n’y conserve que de la documentation. Il est donc impératif de prendre rendez-vous si vous souhaitez les voir, afin que Cécile m’en confie quelques modèles. Ou pour un coup d’oeil à l’improviste, vous pouvez plus simplement passer à la boutique Cifonelli, rue Marbeuf, qui en a pris une petite sélection. Dites que vous venez de ma part ;)