Présentation

Ingénieur de formation, j’ai décidé après 11 ans de carrière dans le conseil en gestion des risques informatiques de changer de métier pour me consacrer à ce qui était devenu au fil des années une véritable passion : la tradition tailleur.

J’ai commencé l’apprentissage du métier de tailleur en amateur autodidacte, étudiant des méthodes de coupe et d’apiéçage allant de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe siècle, et visitant des ateliers, tailleurs ou retoucheurs, pour observer les gestes du métier et tenter de les reproduire à la maison. J’ai ainsi abordé le métier sous l’angle de son histoire, que ce soit histoire du costume ou histoire des techniques, et je continue à ce jour à étudier cette approche de la tradition.

Lorsque j’ai décidé de m’installer, il m’est apparu évident que mon niveau d’autodidacte ne me permettait pas une qualité de réalisation suffisante pour prétendre à être tailleur. J’ai donc suivi une formation auprès de David Diagne, maître tailleur installé à Paris, qui est devenu pour moi un mentor et qui me fait l’amitié de m’aider lorsque j’ai une question, et de me donner de temps à autre une opinion critique sur la qualité de mon travail.

Michaël Ohnona au aussi eu l’amitié de m’introduire à la fabrication en mode industriel, une façon de travailler que j’utilise peu aujourd’hui mais qui m’a appris beaucoup.

Je travaille aujourd’hui au quotidien avec Christian Pylarczik, maître tailleur installé à Metz, qui lui aussi me transmet son expérience et sa connaissance des techniques tailleur, notamment de tradition italienne.

J’ai eu la chance de croiser de nombreux autres tailleurs ou professionnels du vêtement, chaque rencontre est une occasion de partage, mais surtout une occasion d’apprendre dans le but de toujours améliorer ma technique.

Je réalise des vêtements utilisant les techniques tailleur. Le plus souvent, ce seront bien sûr des costumes, vestons, pantalons ou pardessus. Mais ce qui me procure le plus de plaisir, ce sont des pièces moins ordinaires, où la conception du vêtement prend une place prépondérante, afin de lui permettre de répondre au mieux à l’usage pour lequel il est prévu : tenues de musiciens, vêtements d’équitation, de chasse, blousons… Je n’ai jamais eu l’occasion de faire de la reconstitution historique ou des costumes de spectacle, mais ce type de projet m’intéresserait beaucoup !