Se mettre sur son trente et un

If you're blue and you don't know where to go to why don't you go where fashion sits Puttin' on the Ritz

En ce jour de la Saint Sylvestre, septième et dernier trente-et-unième jour de l’année, nous nous habillons pour la fête, revêtons nos plus beaux vêtements, bref, nous nous mettons sur son trente-et-un.

L’origine de l’expression est obscure, et il existe plusieurs hypothèses. Nous n’en retiendrons qu’une, qui a justement trait à l’art sartorial.  »Trente et un » serait une déformation de « trentain », nom oublié d’une étoffe coûteuse, réservée aux vêtements d’apparat.

Pourquoi trentain ? Cette dénomination provient de la manière dont on déterminait autrefois la qualité des étoffes. La finesse du drap dépendant de la densité des fils, chaque type d’étoffe était strictement défini en longueur, largeur, armure… et pour préciser la largeur, on établissait rigoureusement le nombre de fils constituant la chaîne. Furetière propose la définition suivante dans son dictionnaire (1737) :

TRENTAIN. s. m. Drap de laine dont la chaîne est composée  de trente fois cent fils, qui font en tout 3000. fils. Il y a quatre autres sortes de draps que l’on appelle Trente-deuxains, Trente-quatrains, Trente-sixains et Trente-huitains. Ces divers termes, que quelques uns prétendent avoir été pris des Anglois, ne sont guère en usage que dans les manufactures de Languedoc, Provence & Dauphiné. Dans les autres fabriques de France, on dit plus volontiers, Un drap de trente cens. Un drap de trente deux cens. &c.

Cette année, je passe le nouvel an en Normandie, et plus particulièrement dans la Manche, où l’on entends parfois une variante locale : « se mettre sur son dix-huit ». Il s’agit, on l’aura compris, de revêtir son habit de dixhuitain, étoffe de dix-huit centaines de fils de chaîne. Une étoffe moins luxueuse, certes, mais encore parmi les plus belles de l’époque.

Mariage en Normandie : deux jeunes élégants... sur leur trente et un (ou leur dix-huit ?)

Meilleurs voeux à tous pour la nouvelle année !

Mots-clés :